L’inévitabilité

Peur et Appréhension

19 MARS 2017,
La perspective de l’inévitable crée, chez certains individus, peur et appréhension
La perspective de l’inévitable crée, chez certains individus, peur et appréhension

La perspective de l’inévitable crée, chez certains individus, peur et appréhension, si bien que cela déclenche des désirs constants découlant de la fuite de la perception de l’impuissance paralysante. Ce qui est considéré comme inévitable varie d’un individu à l’autre. Les variations sont initiées à partir des critères "je ne veux pas que cela se produire, ce n’est pas bon pour moi", jusqu’à l’irrémédiable perspective de la mort.

Plus il y a d’éloignements et d’incompatibilités avec sa propre réalité, plus il y a de conditions de l’inévitabilité établies. Dans les situations de dépendance, par exemple, il est courant que l'irréversibilité du processus soit traitée comme un détail, en fonction des souhaits et désirs personnels.

Il y a des individus qui devant quelque possibilité de changement que ce soit dans leur routine, ont peur, ils imaginent des catastrophes qui vont de la réprobation de leur de l'enfant dans une discipline particulière à l'école, jusqu'à une perte de poids de deux kilos, traduite comme signal de maladie mortelle.

La condition de l'inévitabilité est une anticipation générée par l'impuissance face à ce qui arrive. Ne pas accepter cela crée des transferts de l’omnipotence générateurs d’arrogance, l'arrogance exprimée à cause de la crainte, la certitude de l'inévitable. Le pessimisme, les idées catastrophiques sont des façons d'éliminer la non-acceptation de l'impuissance face à ce qui se passe, face aux désirs non satisfaits.

Dans les relations amoureuses, la crise de la séparation, la peur d'être abandonné/e, crée des idées d’inévitable, prolongées par des dépendances et des mensonges assez fréquents - des techniques de séduction - conçus pour impliquer et garder l'autre, qui vont du célèbre "chantage à la grossesse", jusqu'à se trouver un amant ou une maîtresse pour ne pas souffrir de l'abandon.

Renoncer à la vie est également un aspect de l'expérience de l'inévitabilité, parfois caractérisé par le suicide, par l'abandon de la vie, puisque, dans ces conditions, il est impossible de comprendre l'inéluctabilité complexe de son développement.

Traduit du portugais par Gilda Bernard