Le roi Andriantsoly

La dernière âme de la resistance Sakalava

Une femme âgée de la tribu Sakalava
Une femme âgée de la tribu Sakalava
2 AOÛT 2016
par

Entre 17ème jusqu’au 19ème siècle, le royaume Sakalava était très puissant d’où la période d’expansionnisme du peuple Sakalava. L’expansion du royaume Merina va mettre un terme à la prospérité du royaume Sakalava. La dernière âme de la résistance du peuple Sakalava est le roi Andriantsoly qui a été décédé à l’âge de 47 ans et enterré à Mayotte. Il est devenu l’icône de la sauvegarde de cette prospérité de son royaume. Il s’était converti à la religion musulmane pour qu’il puisse se rapproché trop près de ses alliés Antalaotra. Mais cette conversion et surtout son rapprochement avec les Antalaotra n’est pas bien apprécié par la majorité des notables Sakalava. En un mot, l’histoire du peuple Sakalava est focalisée autour de l’histoire du roi Andriantsoly d’où son vrai nom est Solavola. Le nom posthume d’Andriantsoly est aujourd’hui Andriamagnavakarivo. Pour plus amples informations, voir le Musée de l’Arbre Sacré sis à Mahatsinjo Nosy-Be Madagascar.

Après l’échec de sa négociation avec le sultan de Zanzibar, Andriantsoly décidait de quitter définitivement Nosy-Be et la presqu’Ile d’Ampasindava. Il avait pris le cap directement vers Mayotte et en arrivant là-bas, il était devenu sultan de Mayotte. Il profitait de sa position en tant que sultan à fin de pouvoir négocier avec l’Amiral De Hell pour qu’il puisse avoir le soutien de la France d’où il a proposé deux choses à la France : - Cession de Mayotte à la France - Protection de Nosy-Be par la France

En 1841, le Capitaine Pierre Passot, collaborateur de l’Amiral De Hell, était venu en même temps à Mayotte et à Nosy-Be pour la finalisation et la signature des contrats successifs dans les deux Iles. Ensuite, la ville de Nosy-Be est dénommée Hell-Ville c’est-à-dire ville de l’Amiral De Hell et la montagne la plus haute de Nosy-Be est dénommée Mont Passot.

Le roi Andriantsoly après ses échecs successifs à Majunga, il s’était reculé petit à petit jusqu’il arrive à trouver une refuse dans la presqu’Ile d’Ampasibndava, plus précisément à Anorontsanga. Malheureusement, sa tentative de chercher un appui auprès du sultan de Zanzibar est une défaite. C’est pour cette raison qu’il a décidé de quitter définitivement, la presqu’Ile d’Ampasindava en 1832 pour rejoindre Commores et plus exactement Mayotte. Entretemps, le roi Tsimiaro I, roi des Antakarana, se réfugient un moment dans les grottes des Tsingy avant de capituler et de fuir aux Iles des Mitsio au nord de Nosy-Be. Dans ce cas, des milliers de personnes s’entassent sur ces petites Iles de Mitsio.

Par contre à Nosy-Be, la royauté Sakalava Bemihisatra a dirigée par la jeune reine Tsiomeko avec 12.000 personnes Sakalava. Tsiomeko a demandé une aide au Sultan de Zanzibar, mais cette aide restera symbolique et c’est pour cette raison que la Reine Tsiomeko devrait obligatoirement quitter la Grande Terre et se réfugier à Ambariovato (Nosy-Komba actuellement), puis à Nosy-Be avec des milliers de personnes. A l’endroit où elle a mis ses pieds, on a planté un Ficus religiosa, le fameux Arbre Sacré, un banyan spectaculaire et géant allant jusqu’à 1 Ha de superficie actuellement, que l’on peut visiter en tant lieu de culte et de connexion entre Homme et Dieu.

On pourra faire des vœux de toute sorte surtout ceux qui lie l’Homme à la vie durable comme par exemple demander la bénédiction, la richesse, la pérennisation du mariage et de la vie, la progéniture et les enfants, etc… une culture encore praticable par les Sakalavas à l’heure actuelle, en moyenne 100 à 200 pratiquants qui viennent prier à l’Arbre Sacré de Mahatsinjo, sans compter des centaines touristes qui visitent ce lieu par mois.