+Brauer. Viva la Robolución!

18 juin — 1 oct. 2015 à la M.A.D.Gallery à Genève, Suisse

19 JUIN 2015
+Brauer, Wast-e
+Brauer, Wast-e

La M.A.D.Gallery est ravie de présenter 14 superbes sculptures de l’artiste parisien Bruno Lefèvre-Brauer, plus connu sous le nom de +Brauer.

C’est dans son atelier de la région parisienne, dans un quartier à l’histoire marquée par l’artisanat et l’industrie, que +Brauer crée sa première sculpture robot il y a près de dix ans. Elle avait des clés plates pour bras et son corps était composé d’une simple boîte métallique, surmontée d’un isolateur électrique.

Nées de ce que l’on pourrait appeler une résistance poétique à la surconsommation, les sculptures de l’artiste sont fabriquées à partir de composants qu’il choisit pour leur passé industriel. Portant les traces du temps et arborant une patine particulière due à une utilisation intensive, ces composants donnent aux robots une personnalité propre et les rendent plus intéressants sur le plan esthétique.

La forme d’art utilisée par +Brauer s’appelle l’upcycling ; c’est un concept admirable qui permet de conserver des objets, de les récupérer et de les réutiliser. Il leur donne ainsi une seconde vie quand ils ne remplissent plus leur fonction première.

Les sculptures lumineuses de +Brauer invitent les plus curieux à découvrir un univers artistique surprenant de ce qui n’est plus et de ce qui pourrait être.

Méthode et procédé

+Brauer récupère de vieilles pièces mécaniques qu’il trouve dans des ateliers et garages à l’abandon, et les retravaille pour leur donner de nouvelles formes. Il rassemble divers composants depuis des années et a amassé une collection exceptionnelle d’objets trouvés ou achetés d’occasion, ou encore chinés auprès de ferrailleurs. De plus, ses amis et sa famille sont aussi à l’affut des bonnes trouvailles et lui rapportent de temps en temps de nouveaux objets pour compléter sa collection. « Pendant des années, j’ai récupéré, classé, rangé et stocké des pièces. C’est un passage obligatoire si l’on veut pouvoir créer avec une plus grande liberté », a-t-il confié au magazine Karmapolitan.

Parfois, il lui suffit de regarder une seule pièce pour qu’immédiatement l’idée d’une nouvelle sculpture germe dans sa tête. Dès cet instant, il sait exactement quel type de robot il veut créer et quelle personnalité il souhaite lui donner. Ses robots naissent tout d’abord sous la forme de croquis, sur le papier. Les composants métalliques sont ensuite posés sur le sol afin de tester les associations de formes et de voir si les pièces vont bien ensemble, si elles s’assemblent de façon harmonieuse.

Durant la phase initiale de croquis, +Brauer travaille en parallèle sur la conception du système d’éclairage. Il habille en effet chaque robot de lumières, également conçues à partir de matériaux recyclés. Ce n’est pas l’étape la plus simple, mais l’artiste a mis au point diverses méthodes lui permettant de s’adapter à chaque nouveau défi et d’atteindre les résultats escomptés. Le circuit électronique est la partie la plus complexe à réaliser et c’est pourtant l’élément essentiel pour donner vie au robot. Chaque robot dispose ainsi de son propre système d’éclairage sur mesure.

Une fois que l’éclairage et l’électricité sont au point, l’artiste fait des découpes dans le métal et commence le procédé d’assemblage. Assembler des pièces de métal qui n’ont pas été conçues pour ne faire qu’un peut s’avérer complexe, et chaque composant révèle ses propres contraintes au moment de l’assemblage.

+Brauer utilise différentes techniques telles que sciage, découpage, soudure, vissage et polissage pour peaufiner et adapter les composants. C’est parfois à ce moment-là qu’il se rend compte de ce qui lui manque. Certaines sculptures restent en cours de fabrication pendant plusieurs mois, jusqu’à ce qu’il ait réuni toutes les pièces nécessaires à leur réalisation. Chaque robot ainsi finalisé est une pièce unique.

Pièces exposées

Les quatorze sculptures robots exposées à la M.A.D.Gallery, rassemblées dans la collection « Viva la Robolución ! », illustrent parfaitement la manière dont +Brauer parvient à créer l’art d’aujourd’hui à partir de matériaux d’hier.

Ces pièces uniques, à la personnalité marquée, portent le nom de Stanislas, Ernest, Konstantin, Wast-E, Cosmos 2001, Olga, Bambino, Balthazar, Preolor, Black Foot, Leon, Commodor, Hector et Romeo. La majorité de ces robots ont été spécialement créés pour la M.A.D.Gallery.

Olga, notamment, possède une allure très féminine. Du haut de ses 72 cm, elle ne pèse que 7,2 kg. Son visage dévoile sa personnalité singulière, avec ses cils métalliques décoratifs et ses boucles d’oreilles dont les composants originaux sont à peine reconnaissables.

Romeo diffuse quant à lui beaucoup d’amour, avec son énorme cœur battant vermillon et ses yeux d’un rouge étincelant.

+Brauer – Biographie

Diplômé en Arts graphiques, +Brauer exerce en tant qu’artiste graphiste, peintre et sculpteur depuis plus de 20 ans. Son style est largement influencé par sa passion pour les romans de science-fiction, les comics et les séries américaines. Il admire particulièrement les univers extraordinaires de Metropolis, de Fritz Lang, et la splendeur de 2001 : l’Odyssée de l’espace, de Stanley Kubrick. Il est également un fervent admirateur d’art outsider.

Pour ses œuvres, +Brauer s’inspire de nombreux livres, films et séries qu’il aime, mais aussi des robots japonais qu’il collectionne depuis 20 ans.

+Brauer expose ses œuvres dans le Marais, un quartier de Paris renommé pour son atmosphère créative, ainsi que dans différentes galeries de la capitale et alentours. Pour la petite anecdote, son showroom est situé juste en face de la plus vieille maison de Paris, datant de 1407.